:: Avant-tout :: Présentations :: Présentations en Cours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Présentation de Leda V. Kreutzer [Finie]

avatar

Feuille de personnage
Doriki: 100
Equipage:
Fruit du démon: Aucun
Messages : 7
Date d'inscription : 03/09/2018
Lun 3 Sep - 20:43
Leda V. Kreutzer





Surnoms »
Âge » 18
Date de naissance » 17 Août 382
Race » Humaine
Groupe » Pirate
Sexe » Féminin
Fruit Du Démon» Fruit de l'Oursin - Toge Toge no Mi : Permet de transformer toutes les parties de son corps (même ses cheveux) en piques qui sont assez solides pour transpercer des murs de pierre. Ces piques sont aussi utiles pour réaliser des techniques d'acupuncture qui servent à augmenter la masse musculaire de son propre utilisateur.
Métier » Capitaine
Personnage sur l'avatar » Sakura Haruno - Naruto


Physique


Leda n’était pas le genre de visage qui se perdait dans la foule, pas possible avec ses cheveux roses et son allure de guerrière imposante. Généralement, Leda attachait ses cheveux avec un bandana, ainsi, il ne s’accrochait pas quand elle avait à se battre. La jeune femme avait des yeux plus verts qu’une émeraude, ils avaient ce quelque chose d’envoûtant chez une femme. Envoûtant peut-être mais quand elle se mettait en colère, ses yeux pouvaient vous abattre aussi bien qu’un revolver tellement son regard était lourd.
Autrement, la silhouette globale de Leda était plutôt agréable à voir, une grande fille, qui atteignait quand même le mètre 85. Il fallait ajouter à cela une musculature qui était très bien entretenue. La jeune fille s’entraînait régulièrement et cela se voyait. D’autant que son style vestimentaire était fait pour le combat. Tout était proche du corps pour laisser une flexibilité et une adaptabilité sans faille. Cela laissait cependant apparaître ses formes, mais elle s’en fichait royalement, au pire, cela déconcentrerait ses adversaires.

Caractère


Leda avait deux motivations dans la vie : se bastonner et se marrer. Elle n’avait pas besoin d’autres choses disait-elle. Elle estimait que le but de la vie c’était de se marrer en attendant la prochaine bagarre. Et dieu sait qu’elle l’attendait la prochaine bagarre. C’était une des raisons qui l’avait d’ailleurs poussée à rejoindre les rangs de la piraterie. De toute façon, bosser pour une des quatre grandes alliances ne l’intéressait pas, ce qu’elle voulait, c’était vivre selon ses propres règles avec qui elle souhaitait et selon la façon dont elle l’entendait. L’exact définition d’un pirate selon elle.
Malgré tout, lorsqu’elle était avec des personnes qu’elle appréciait sincèrement, c’est-à-dire son équipage par exemple, elle devenait une maman poule surprotectrice, du genre capable de frapper quelqu’un pour avoir mal regardé un de ses amis. C’est à ce titre qu’elle s’estime capable de devenir une capitaine, une bonne capitaine pour ses hommes surtout.
Elle a quand même d’autres ambitions que seulement se battre. Elle veut explorer le monde, et en particulier Grand Line et ce qu’il y avait après. Du côté des principaux défauts de Leda, on peut trouver son caractère de cochon, son entêtement légendaire, ce qui pouvait amener Leda à prendre des décisions irréfléchies qui l’amènerait à subir de cuisantes défaites. D’autant qu’elle affronterait le monde entier en même temps pour ses amis, même si elle était certaine de perdre.  




Histoire


Salut ! C’est moi Leda, et je me suis dit que ce serait mieux si c’était moi qui racontait mon histoire.
Alors, tout à commencé en fin d’été 382 lorsque ma mère m’a donné naissance sur l’île d’Ohara, sur Aenarya. Ma mère était une joaillière exemplaire, émérite même, ses bijoux sont encore aujourd’hui très prisés sur Ohara. Bien qu’elle m’ait eu alors qu’elle est encore très jeune, à peine âgé de 17 ans, elle m’a toujours bien élevée et éduquée cependant. Elle n’a jamais mentionné mon père. Tout ce que j’en sais, c’est qu’au moment ou il a appris la grossesse de ma mère, il s’est tiré comme un lâche sans demander son reste.

Durant les premières années de mon existence, ma vie se résuma à une vie d’enfant tout ce qu’il y a de plus classique, j’ai même commencée à suivre un cursus scolaire classique, j’y étais même plutôt douée, en tout cas plus que ce que j’aurais pensé de moi-même, mais ce n’était pas pour moi. Moi je voulais voguer sur les océans au gré de mes envies. Si je le suivais, c’était pour ma mère, elle qui m’élevait seule, je me devais de faire mon maximum pour lui faire plaisir, d’autant qu’elle n’appréciait pas de me voir dans des situations dangereuses. Mais ma nature reprenait souvent le pas.

J’aimais beaucoup trop la bagarre. Mais c’en était presque maladif, j’avais vraiment des besoins de combat. J’aimais terrasser des adversaires en apparence plus forts que moi. A peine âgée de 6 ans, je me battais souvent à l’école. Mais pas contre les gosses non, je me battais contre les plus grands qui voulaient nous piquer nos affaires. J’aimais pas l’idée selon laquelle les plus grands pouvaient prendre parce qu’ils étaient juste «plus grand» et je leur prouvait bien qu’ils ne pouvaient pas prendre les affaires des plus petits. Parce que je n’hésitais pas à frapper et à mordre.

Sur l’île d’Ohara, en 389, c’est à dire lorsque j’eus 7 ans, le commerce s’est ouvert avec Ravenfield, c’est ce qui a permis à ma mère d’énormément développer son activité de joaillière. L’argent n’est par la suite plus jamais venu à manquer dans notre famille, mais on se voyait moins cependant. Ma mère prenait son boulot à plein temps et j’étais suffisamment mature pour m’occuper de moi-même sans faire exploser la maison pendant une partie de la soirée. Moi, presque étonnamment, je lisais des livres. Pourquoi étonnamment ? Parce que d’habitude, les livres, ça m’ennuie. Mais là, ce n’est pas pareil. Là, c’était un livre d’un explorateur qui avait voyagé partout sur toute les mers, et qu’il voulait une dernière fois voyager pour traverser Red Line et atteindre Grand Line, mer ou l’on pouvait trouver des îles incroyables. Et c’est alors à ce moment là que j’ai décidé réellement que je voulais explorer le monde à ma manière. En me battant et en rigolant.

En grandissant encore,  j’ai surtout commencée à m’entraîner physiquement. Je me devais d’être prête pour prendre la mer, mais ma mère ne l’entendait pas ainsi, elle ne souhaitait pas que je m’engage sur cette voie, mais plus je grandissais, et plus j’en avais l’envie, c’en était même devenue un besoin au fil des ans. Malgré tout, l’île d’Ohara ne serait pas une bonne solution pour rester vu mon comportement, avec l’élection d’Alice Uiter, je savais que je ne tarderais pas à quitter  l’île, et ma mère commençait lentement à accepter l’idée qu’elle ne pourrait pas m’en empêcher. On en a un soir parlé longuement.

- Ma puce, je sais que tu veux aller sur l’océan, mais réfléchis, est-ce que c’est vraiment ce que tu veux ?

- Maman, je sais que tu t’inquiètes, mais je ne pourrais pas rester sur l’île à être joaillière ou un autre boulot bien rangé. Et tu le sais très bien.

- Comprends moi Leda, je t’aime mais tu t’engages sur une voie que je ne peux pas approuver

- Et je ne te demandes pas de le faire, juste de comprendre que j’en ai besoin.

Notre conversation dura encore pendant plusieurs heures, puis ma mère n’aborda plus jamais le sujet, je savais juste qu’elle n’approuvait pas, mais qu’elle ne pouvait pas me l’interdire. Et elle l’avait au moins compris.

A partir de la, il ne s’est pas passé grand-chose jusqu’à mes 17 ans, un peu avant que je ne prenne la mer.

Vers cette époque là, l’île avait bien changée, notamment du côté de sa législation, la loi s’était durement accrue en terme de répression. Notamment avec le déploiement des forces anti-pirates. Et pourtant, j’allais me faire remarquer, plus que je ne l’aurais presque souhaitée. J’avais presque 18 ans, et je voulais prendre la mer à cet âge là. J’attendrais au moins ma majorité, surtout par égard pour ma mère en fait. Mais les soldats avaient fait quelque chose qu’il ne fallait pas faire : abuser de leur pouvoir en s’en prenant à l’un de mes amis. Et ça il ne fallait pas le faire.

Certains des soldats recrutés étaient des fiers-à-bras qui n’avaient pris le poste que pour exercer une autorité mal placée sur des personnes qui ne pouvaient pas se défendre. L’une de mes amies, Lucia, avait un magnifique collier, qu’elle tenait de sa grand-mère. Avec un magnifique rubis comme ornement, mais son collier est rentré dans la vue d’un de ces soldats, un certain Deckart. Il avait fait mine de l’arrêter pour le lui soutirer, et le soldat se servait de ses collègues pour affirmer que Lucia était une menteuse.
Je ne pouvais pas encore dire ce que j’allais lui faire, mais il allait payer, et tant pis pour attendre mes 18 ans, si je devais être recherchée pour ce que je m’apprêtais à faire, j’en prenais le risque. Même Lucia voulait lâcher l’affaire, mais je ne le ferais jamais ça, abandonner.

Mon plan était simple, attendre qu’il patrouille dans une ruelle éloignée avec ses potes, et le faire parler, mais tout de suite je dût abandonner cette idée, car il avait été affecter à un poste de garde dans un bâtiment officiel pour deux semaines, et en deux semaines il avait le temps de revendre le collier tranquillement. Je devais intervenir avant, même si cela signifiait prendre énormément de risque.

Je devais commencer par m’infiltrer dans le bâtiment, heureusement, le bâtiment ne semblait pas bien grand, et il semblait assez peu gardé, il n’y avait semble t’il qu’une poignée d’élu qui semblait digne de garder l’endroit. Je ne savais pas ce qu’il gardait, mais cela m’intriguait légèrement, que ce soit confié à une si petite poignée d’élus. En plus ils avaient l’air balèze tous, même en un contre un j’aurais du mal à n’en battre ne serait-ce qu’un seul. En tout cas sans recourir à la ruse. Et la j’allais recourir à une méthode efficace : l’infiltration musclée. En gros, neutraliser la cible par derrière avant qu’elle n’ait le temps de me voir et donc de réagir. C’était certainement le seul moyen que j’avais pour atteindre Deckart, il me fallait donc le saisir.

Il y avait deux gardes qui surveillait l’arrière du bâtiment. Je me suis posté derrière la végétation qui dense qui protégeait le bâtiment des regards curieux. Je devais vite saisir ma chance, au moment même ou la première sentinelle me tourna le dos, elle venait de sceller son sort. J’ai foncée sur elle et l’ai plaquée contre le mur en le propulsant de toute ma force. Le bruit alerta son collègue proche, j’ai chargé en vitesse, ne lui laissant pas le temps de crier pour lui donner un immense coup de poing en pleine figure. Heureusement, la surprise de l’assaut et la vision de son collègue inconscient et en train de saigner à cause de l’énorme traumatisme crânien que je lui avait infligé l’avait suffisamment déstabilisé pour que mon coup atteigne sa cible. IL tomba à terre et un deuxième coup de poing en pleine visage l’assomma net.  

La première étape était donc maintenant accomplie, en faisant le tour du bâtiment, je n’avais pas vu Deckart, il devait donc être à l’intérieur. Lucia m’en avait fait une description sommaire : Un petit Marine à l’allure de bouledogue, qui avait l’air très nerveux et agité, des petits yeux noirs de grand malade, une barbiche assez touffue et des cheveux tout aussi noirs.

J’ai fouillée les gardes et j’ai pu obtenir un trousseau de clé, l’une d’entre elle ouvrant la porte de derrière du bâtiment. Je ne savais pas du tout où aller, heureusement, le nombre de garde était toujours aussi réduit. Ce qui me permettait au moins d’échapper à leur vigilance.  

Le bâtiment possédait un étage et un sous-sol, seulement, il y avait un garde pour garder les deux étages. Je ne pourrais jamais passer en m’infiltrant. Retournant entre les pièces en prenant bien garde à ne pas me faire repérer, j’ai alors saisi un couteau dans une pièce qui devait être une cuisine commune. Je l’ai alors balancée sur le sol en m’assurant du bruit qu’il faisait après m’être cachée dans la pièce voisine. Le résultat ne s’est pas fait attendre, un des soldats est venu vérifier. Mais pas un de ceux qui gardaient l’entrée, bon, tant pis, je pensais bien que ce serait impossible de maintenir la discrétion bien longtemps. Je me suis approchée discrètement, attendant qu’il se retourne pour lui asséner un énorme kick bien bruyant dans le menton. Bien sût, tous les soldats se sont rameutés dans la pièce. Je n’avais que peu de temps, alors j’ai couru, couru pour foncer vers les escaliers, leurs gardiens me croisant au passage, heureusement, l’effet de surpirse était avec moi, un énorme coup de poing de mon cru vint projeter le premier sur le deuxième pour les déséquilibrer. Je me suis engouffré vers le chemin du sous-sol. Tombant alors nez-à-nez avec celui que je cherchais et ce qu’il gardait dans la pièce. Je ne m’en sortirait pas longtemps sans monnaie d’échange, alors plutôt que de l’affronter directement, j’ai préférée le contourner das un mouvement rotatif pour m’emparer du coffre qui trônait derrière lui. M’approchant du feu qui ronflait dans la cheminée, j’ai fait le geste d’y lancer le coffre, ce à quoi les gardes ont répondu :

« NON ! »


Ouf ! Il semblerait que le contenu de ce coffre soit assez précieux pour devenir un moyen de pression.  Mais il me fallait autre chose que de les maintenir sur place. Prenant un bâton de bois qui trainait près du feu de cheminée, je l’ai embrasée pour m’approcher du coffre, hurlant :

« Que Deckart me rende le collier de mon amie, et je partirais. Sinon je brûle le coffre et son contenu ! »

Je faisais tout ce que je pouvais pour maintenir l’assurance dans ma voix.

« T’es malade, on ne négocie pas avec les hors-la-loi. »

« Arrête, si elle brûle le coffre, c’est notre place qui saute »

« Elle est déjà compromise notre place tripe buse »

« Pas si elle repart sans le coffre, mais avec ce qu’elle à besoin. Hors-la-loi, jures tu de repartir sans endommager le coffre et en nous le restituant si nous honorons notre part du marché ? »

Je ne leur faisais pas confiance, mais au moins avais-je un avantage sur eux, de toute façon, je savais que c’était eux qui était en position de force.

« Je le jure »

J’ai alors commencé à avancer prudemment vers Deckart, celui-ci, visiblement vexé, ne me donna le collier qu’à contre-cœur. Conservant le coffre, j’ai hurlé aux soldats de s’éloigner pour me laisser passer, je ne leur laisserais pas le coffre avant. Ils ont obtempéré prudemment. Me laissant remonter petit à petit. Arrivés devant la porte de derrière, je l’ai entrouverte avant d’approcher le coffre du chef, avant de réfléchir. Il était tellement précieux ce coffre, qu’est-ce qui m’empêchait de le prendre, la porte était entrouverte et il était suffisamment léger pour ne pas m’encombrer. Regardant leur chef droit dans les yeux alors qu’il approchait, j’ai compris que quoi qu’il arrivait il ne me laisserait pas partir, au moins avec le coffre j'avais peut-être des chances de les ralentir, ils ne prendraient pas le risque de l'endommager.

J’ai alors couru le plus vite que j’ai pu, au rythme des «tuez-là ! » que je pouvais entendre au loin. Heureusement, mes années d’exploration sur l’île m’avait permis d’en connaître plus de recoins que j’en aurais cru, en tout cas pour peu que je sorte de la ville il ne parviendrait jamais à me rattrapper, par contre ils avaient vu mon visage, donc j’étais quasiment certaine d’être recherchée à vie maintenant. Une excellente soirée pour être pirate.

J’ai finalement réussie à semer les soldats en sortant de la ville et en me réfugiant dans les recoins plus sauvages de l’île. J’en ai alors profiter pour contenir le coffre, qui contenait… seulement un fruit, j’avais risquée ma vie et ma liberté juste pour un fruit ? Bon, j’avais au moins récupérée le collier, je le rendrais à Lucia quand les choses ce seraient un peu calmées, je la lui déposerais chez elle quand je pourrais, en attendant, j’ai décidé de garder ce fruit pour en connaître la valeur. Peut-être valait-il quelque chose pour quelqu’un qui s’y connaissait, en tout cas il n’avait pas l’air de pourrir. Mais il était hors de question que je mange ce truc.

C'est ainsi que je suis devenue une pirate et que j'ai commencée mon aventure.


& toi ?



Surnom » Mr Blague
Age » 21
Commentaire » J'ai des chaussettes rouges

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Doriki: 0
Equipage:
Fruit du démon:
Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2018
Mar 4 Sep - 10:54
Bienvenue sur le forum !
Pour information, le fruit du démon est tirer aléatoirement, donc si tu en veut un je te fais le tirage quand tu veux !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Doriki: 100
Equipage:
Fruit du démon: Aucun
Messages : 7
Date d'inscription : 03/09/2018
Mar 4 Sep - 10:55
Ah ok, bah je veux bien du coup Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Doriki: 0
Equipage:
Fruit du démon:
Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2018
Mar 4 Sep - 11:02
Et voilà pour toi !

11 • Fruit de l'Oursin - Toge Toge no Mi : Permet de transformer toutes les parties de son corps (même ses cheveux) en piques qui sont assez solides pour transpercer des murs de pierre. Ces piques sont aussi utiles pour réaliser des techniques d'acupuncture qui servent à augmenter la masse musculaire de son propre utilisateur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Doriki: 100
Equipage:
Fruit du démon: Aucun
Messages : 7
Date d'inscription : 03/09/2018
Mer 5 Sep - 14:28
Yo, je signale juste que ma prez est à présent terminée
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Doriki: 0
Equipage:
Fruit du démon:
Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2018
Mer 5 Sep - 21:37
Et c'est la validation ! Bravo à toi, donc tu n'a officiellement pas encore mangé ton fruit il faudra le faire en rp ou en retrouver un autre si tu le perds 8D

Tu Obtient donc une prime de 6 million de Berry avec l'influence de notre chère Deckart qui se fera une joie de te retrouver je n'en doute pas.

Tu es donc recherché par la Marine, Aenarya et Ravenfield, Félicitation !

Tu peu aller faire ta fiche technique et commencer à rp !

Des poutous
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Exploration :: Avant-tout :: Présentations :: Présentations en Cours-