:: L'aventure :: Praedium :: Aenarya :: Spider Miles Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le départ d'une grande aventure

avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 11/09/2018
Mer 19 Sep - 18:08
Nous sommes en pleine nuit Shilder et ses deux compagnons sont face à une cabane. Selon leurs renseignements, cette cabane abrite un sous-sol contenant des ressources pour la marine. l’endroit idéal pour démarrer leur vendetta.

« Partez sans moi déclara Amalie avant de pointer sa claymore comme argument a ses propos.
Qui a dit qu’on cherchait la furtivité ? Répliqua Iroth.
Moi fis Shilder. Vous deux, vous attendez mon signal et vous passez par la porte principale, je vais tenter la discrétion, après tout, nous ne sommes ici que pour ruiner les biens de la marine »

Shilder s’approcha de la cabane les sens en alerte quant à d’éventuels pièges. Il atteignit le pas de la porte sans grande difficulté et y colla l’oreille pour tenter d’obtenir de plus amples informations. Il n’entendit qu’un ronflement animal, peut être un chien de garde. Par précaution, Shilder fit le tour de la cabane et put grimper sur le toit grâce a une gouttière à l’apparence douteuse, mais qui put servir d’appui convenable.
Arrivé sur le toit, il remarqua une lucarne entrouverte. Jetant un œil, il remarqua que son hypothèse du chien de garde s’avérait juste. Contrarié par ce chien, il projeta sa chaîne et en un éclair l’animal était pendu au plafond. Se glissant sur le sol de la cabane, Shilder se figea quelques secondes pour analyser son environnement. Somme toute classique cette pièce semblait être la seule de par l’absence manifeste de porte autre que celle de l'entrée. Le mobilier était sommaire une fenêtre donnant vue en contrebas sur la ville maritime d’Aeredale un bureau était posé contre le mur sous cette fenêtre. Les documents posés dessus parlaient des diverses gestions logistique de la marine et indiquait cette cabane comme d’un des trois dépôts de l’île ainsi que les bateaux qui devraient passer dans les prochains jours pour se ravitailler. Parmi ces bateaux, se trouvait celui d’un certain Inuki Rokyo rétrogradé pour son incapacité à mater des rebelles. Tout heureux de cette information, Shilder prit soin de noter le jour l’heure et le lieu qui était prévu pour l’arrivée de ce navire avant de reprendre ce qu’il était venu faire ici. Ouvrant la porte, il ressortit de ce cagibi et alerta ses compagnons. Le petit groupe se faufila par cette porte non sans que Shilder ne leur apprennent la bonne nouvelle. Entrés dans le cagibi, les 3 compères commencèrent à chercher le passage qui leur permettrait d’atteindre les ressources de la marine. Les recherches n’avançaient pas et l’espoir de dévoiler le passage faiblissait lorsque le sol sous le bureau se détacha et que le bureau se décalait pour ouvrir une trappe. Le soldat qui en sortit eut à peine le temps d’apparaître qu’ Iroth usant de la puissance de son fruit le fit s’envoler par la fenêtre.

« Mais t’es complètement malade s’étrangla Amalie
C’est un type de la marine depuis quand leur sort compte-t-il a tes yeux ? Rétorqua Iroth
Mais ce n'est pas le soldat qui’ m’inquiète, mais le fait que tu aies propulsé son cadavre droit vers la ville, abruti ! S’énerva Amalie.
Comme si des moucherons pouvaient retrouver la trace de notre groupe, surtout avec les compétences de Shilder pour le camouflage ! S’emporta Iroth.
Un groupe vivant d’accord, mais un cadavre au beau milieu d’une ville rempli de soldats la, c’est vraiment au-dessus de mes capacités, si on essayait plutôt de terminer ce qu’on a à faire ici ? Asséna Shilder »

La trappe révélée le petit groupe descendit dans les sous-sols.
Il ne s’agissait en fait que d’un gigantesque hangar cependant à l’opposé de là ou la trappe menait, on devinait une porte suffisamment grande pour de gros transferts d’objets. Après quelques recherches, Amalie tomba sur les bombes qu’elle cherchait tandis qu’Iroth était occupé à cogner les gonds de la porte suffisamment forts pour les déformer afin d’être tranquille le temps de faire ce qu’ils avaient à faire. Le petit groupe posa les bombes avant de se ruer vers la sortie. La détonation fut telle que la cabane fut soufflée et éparpillé aux quatre coins de l’île et que la falaise elle-même se déforma sous le choc de la déflagration.
« Ainsi, commence notre lutte contre la marine » annonça Shilder encadré du visage radieux de ses deux acolytes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 11/09/2018
Lun 24 Sep - 23:32
De retour dans leur petite base aux creux d’une falaise le petit groupe se posa.
Chacun était pris du même dilemme.est-ce que l’action qu’il venait d’entreprendre servait leur cause ? Durant le trajet chacun finit par voir dans cet attentat a la bombe une action irréfléchie ou chacun d’eux avait été mu par l’envie d’action de changement de revanche… arrivé a la caverne il régnait sur le petit groupe un climat de honte proche de celle qu’un gamin pouvait ressentir lorsqu’il était pris en faute, mais cette fois la lourdeur de leurs acte venait retirer toute forme d’innocence a ce sentiment. Les 3 compères allèrent se coucher rongé par le remords et la honte de leur propre puérilité. La nuit passé le groupe se concerta et en vint à accepter leur propre puérilité et a se jurer de ne plus attaquer gratuitement la marine après tout leur objectif n’était pas la destruction mais la refondation de cette dernière sur des idéaux plus nobles. Ils étudièrent alors les documents de la marine qu’ils avaient collectée sur le bureau de l’abri de la marine. Ces papiers indiquaient l’arrivée du navire de la marine sous trois jours.

« voila qui nous laisse le temps de visiter les 2 autres entrepôts marqués sur ces papiers. Proposa Shilder

– Quel intérêt aurait-on à aller visiter des zones interdites ? Je te rappelle qu’on vient de se mettre d’accord sur l’idée de ne plus s’opposer a la marine aveuglément. s’opposa Amalie

– Comment peut-on savoir s’ils sont contraires aux principes que nous voulons pour la marine sans y inspecter l’intérieur ? Ces documents nous renseignent peut-être sur leur localisation mais pas sur ce qu’on trouve dedans je vais aller y faire un tour bougez pas. Annonça Shilder d’un air taquin »

filant à travers spider miles Shilder atteignit l’entrepôt la plus proche de son campement.

« voyons ce que cache ce coffre fort. D’abord trouver la serrure » s’amusa-t-il

Ce camp était bien plus difficile à pénétrer que le précédent. Entouré de barbelés le bâtiment semblait cette fois etre un bâtiment au-dessus du sol. Des panneaux prévenait de l’électrisation de la clôture et du danger de mort associé. Et pour finir des gardes frais et alertes étaient disposés un peu partout le long du grillage.

« et comment je fais pour mon inspection maintenant ? » s’insurgea Shilder.

Se mouvant à travers la dense végétation entourant le bâtiment Shilder cherchait la faille. Rapidement il décela une prise pour sa chaîne dans les angles morts des gardes. Quelques pas plus loin il aperçût le câble d’alimentation de la grille. Après deux trois essais peu concluants la pointe de sa chaîne atteignit le câble, mais rien à faire celui-ci était protégé de ce type d’attaque

« bon eh bien il reste la voie des airs » pensa notre infiltré

guettant les rondes le reste de la journée il attendit la nuit pour tenter de passer par-dessus le grillage le passage était rudimentaire une corde végétale tressé durant son observation de la journée. Accrochant d’un côté la corde a un arbre et de l’autre la corde et la chaine, Shilder projeta son pont improvisé par-dessus la grille jusqu’au point d’accroche qu’il avait repéré en arrivant. Détachant corde et chaine sans bouger son pont Shilder escalada jusqu’à toucher terre.

« enfin dans la place, maintenant reste à savoir ce qu’elle contient » se congratula-t-il

Se faufilant discrètement jusqu’à une porte, il entreprit de la crocheter. Enfin dans le bâtiment la première odeur qui arriva a ses narines le prit aux tripes. Il connaissait cette odeur c’était celle du charnier celle de la chair putréfiée et du sang séchée. Après ses premières interrogations il démarra son inspection. Des cages bordaient le couloir contenant des cadavres qui semblaient avoir un jour appartenu a des humains mais dont la forme actuelle offrait un véritable droit au doute. Atteignant une salle dans le fond du couloir d’entrée il entrouvrit la porte. Derrière celle-ci se trouvait une salle dotée des dernières technologies médicales anatomique et scientifique au centre de laquelle se trouvait une table visiblement prévue pour restreindre les mouvements de ce qui pouvait se trouver dessus. Entrant dans la pièce il s’avança vers tout ce qui pouvait ressembler a des documents. Il ne trouva rien de vraiment concluant dans cette salle. De retour dans le couloir il décida de passer a l’étage supérieur dans l’espoir d’obtenir des informations sur ce lieu qui collectionnait les corps en putréfaction.
À l’étage supérieur il commença par entendre un son vaguement humain entre la douleur et les pleurs. Encore dans la cage d’escalier Shilder s’immobilisa de peur de tomber sur quoi que soit d’hostile, ce qui ne le rassurait pas du tout en un tel endroit. Le sang Shilder en avait l’habitude mais pas a ce point et surtout pas en étant mêlé a une odeur de putréfaction aussi présente. Ouvrant précautionneusement la porte il s’avança vers une porte similaire a celle de la salle étrange du dessous espérant y faire meilleur pèche. Soudain quelque chose lui toucha le dos. En un éclair Shilder se trouvait face au danger. Mais l’arrière était vide. Alors une petite voix l’appela
« c’est moi qui t’ai touché. Annonça la voix »
Se tournant vers la cage d’où était provenu la voix, Shilder se crispa sur sa chaîne. Terminant sa rotation il découvrit une femme aux cheveux noirs, les vêtements en lambeaux, le corps famélique comme si le dernier repas n’était qu’un bien lointain souvenir, mais ce qui ressortait avant tout c’était ses bras des ongles devenus griffes au coude tout était recouvert d’une fourrure bleu.
« qu’est-ce que ? Lâcha Shilder les yeux exorbités
– calme-toi, répondit la jeune femme, ce corps est aussi atroce pour toi que pour moi.
– ou je suis tombé moi ? s’enquit Shilder la voix toujours marquée par la terreur
-si seulement je le savais, j’ai atterri ici lors d’une rafle dans un bar, des gens cagoulés et entraînés ont débarqué m’ont assommé entre autre personnes et lorsque je me suis réveillé j’étais ici sans savoir pourquoi
-tu as une idée de l’utilité du lieu ? Continua Shilder reprenant lentement ses esprits
-vu la tronche de mes avants bras a mon avis les gens qui sont la le sont pour tester le corps humain et ce qu’on peut y ajouter
-je crois que je vais vomir. Alerta Shilder
-vu l’heure a laquelle tu passes et la discrétion dont tu as fait preuve je suppose que tu n’es pas du service sécurité,ca te dérangerais de me sortir de cette cage puante ?
-a deux les recherches seront plus rapides proposa Shilder
-les recherches ?
-je t’aide tu m’aides ça te va ?
-comme si j’avais le choix. Ajouta-t-elle »

Déverrouillant la porte Shilder libéra la créature humaine avant de repartir vers le fond du couloir. Dans la pièce du fond même style même outils même table. Et pas plus d’informations sur l’utilité du lieu. Il ne restait donc que le troisième étage à explorer. Encore une fois Shilder monta d’un étage et en ouvrant la porte il découvrit un nouveau niveau de mutilation cette fois les corps avait bien forme humaine mais tous semblaient avoir eu des fuites a de multiples endroits du corps. De plus le contenu de ces fuites variait fortement mais avait déjà séché compliquant la distinction précise de ces fuites encore compliquées par la pénombre environnante. Encore une fois au fond du couloir la même salle et toujours pas d’information. Déçu Shilder ne put que se rendre a l’évidence l’endroit est confidentiel et prévu pour ne pas divulguer d’informations. Alors il entama le chemin du retour avec son nouvel allié en échange d’un peu de nourriture. De l’intérieur Shilder put facilement sectionner le câble de l’électricité de la grille et ainsi simplifier grandement sa fuite. Cependant il quittait les lieux avec une question : pourquoi la marine protége-t-elle un endroit pareil ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 11/09/2018
Ven 28 Sep - 22:37
« mais qu’est-ce que tu nous ramène toi ? Tel fut la réaction d’Iroth encore trempé de la sueur de son entraînement en voyant Shilder
-mon cœur s’attendrit on dirait je n’ai pas pu me résoudre à laisser cette pauvre fille la bas, tu peux l’amener manger ? j’aimerais jeter un œil une seconde fois aux papiers que j’ai trouvé la bas, peut être qu’avec la tête au calme je pourrais comprendre un peu mieux de quoi ça parle.
-file-moi le paquet je m’en occupe. Conclut Iroth l’air moqueur

de retour dans la planque Shilder avisa la table basse et étala les papiers dessus. Alors qu’il allait se mettre au travail amalie apparut des ombres du fond de la pièce

« alors la pêche a été bonne ? Lança t’elle
- des papiers d’une utilité douteuse et une femme a moitié morte de faim avec des avant-bras félins et bleus je t’avoue que je me suis pas encore décidé sur l’utilité de l’escapade.
-oh une nouvelle alliée c’est plutôt intéressant je trouve.
-si il meurt pas d’hypoglycémie ou de manque de soins particuliers sur ces bras. Tu m’aides a lire ces trucs ? »

les deux se lancèrent dans l’étude de ses documents mais après une bonne demi-heure ils durent se rendre a l’évidence, si ces notes avaient paru inutile au premier abord c’est qu’en s’y intéressant proprement il devenait évident que seul de solides connaissances scientifique permettrait d’exploiter les connaissances sur ces papiers.

« ah bah génial on a une mine d’informations évidentes sous le nez et on est pas foutu de comprendre ce qu’elle raconte juste qu’elle raconte des choses. S’apitoya Amalie
- c’est pas pour tout de suite les secrets de la marine on dirait. Renchérit Shilder
- la marine ? qu’est-ce que tu me racontes ?
-ces documents viennent d’un des trois bâtiments marqué par les docs qu’on avait récupérés dans l’entrepôt. et la femme a moitié morte était dans le même bâtiment en cage pour je ne sais quel raison
-vraiment pas rassurant du tout
-elle s’est endormi et sur ton lit Shilder. Informa Iroth apparaissant depuis la pièce voisine
-ah bah génial ça me rappellera la belle époque des nuits a la belle étoile. Lâcha l’intéressé pour le moins gêné par l’annonce
-d’ailleurs je vais en profiter pour la rejoindre moi, bonne nuit. Bailla Amalie
-bon bah au final je vais pas dormir dehors je vaissurtout me taper la garde je suppose ?
-t’es perspicace ca fait plaisir. Railla Iroth »

seul hors de la planque Shilder se tenait dans un arbre lui offrant dissimulation et champ de vision. Ainsi il put voir arriver la petite patrouille de 3 gardes s’approchant. Se faufilant vers ce groupe par la cime des arbres il put profiter de leur conversation.celle-ci était riche en informations la plus intéressante étant sûrement le déclenchement d’un état de vigilance sur l’ile du fait d’acte illégaux répétés, mais ce qui rendait cette information d’autant plus intéressante était que ceux qui avait déclenché cet état de vigilance n’était notre petit groupe de fugitifs mais un groupe de rebelles se faisant appeler « les prophètes de la colline déformé » et d’après cette discussion ce groupe avait vu dans l’attentat sur l’entrepôt de la marine une forme de message surnaturel qui appelleraient a la destruction du régime en place sur l’île. La première réaction de Shilder fut de se rendre compte de la portée de son erreur, En plus d’avoir laissé ses sentiments dépasser son jugement dans la lutte qu’il menait voila qu’il apprenait qu’il était en plus le créateur d’un ordre d’illuminés qui ont vu dans une erreur un message quasi divin. Sa honte a ce moment n’avait d’égal que sa culpabilité, mais il resta concentré sur la conversation, car les marins parlaient de la fuite d’un surhomme qui aurait massacré toute forme de vie dans le bâtiment ou il se trouvait. Shilder fit le lien immédiatement ce qu’il se racontait semblait fort bien être une rumeur déformée de la fuite de la fille qu’il avait libérée un peu plus tôt. Ensuite il apprit que des navires avait été appelé a la rescousse pour mater ce début de rébellion que représentait le groupe des prophètes, et qu’il était fort probable que le bateau qui arrivait pour ravitaillement dans les jours a venir risquait fort de voir son équipage réquisitionné pour lutter contre ces rebelles.en une erreur Shilder et son groupe avait totalement bouleversé l’équilibre de l’ile et ainsi largement dépassé le champ d’action qu’il voulait avoir, de la marine il y avait de forte chance qu’ils doivent jongler avec la politique d’Aenerya en bonus. La suite de la conversation dériva sur tout autre chose et en particulier les amourettes de la garnison. Shilder continuait a les surveiller près a tout instant a les pendre aux branches si jamais la planque venait à entrer dans le champ de vision de ce groupe d’indésirable. Heureusement le groupe en patrouille s’écarta de la direction de la planque et put ainsi continuer a vivre.  De retour a la planque il vit Amalie discuter avec l’étrangère qui s’était réveillé.piqué au vif par la rumeur qui courait a présent sur elle il ne put s’empêcher  d’aller prendre part a la discussion.

«  tout est calme dehors excepté la bouche des soldats. Marqua t’il sa présence
- qu’est ce que t’as entendu ? s’enquit amalie
-qu’un groupe de dingue a considéré que l’attentat sur l’entrepôt était une annonce surnaturelle de rébellion et que notre ami ici présente serait un surhomme assoiffé de sang en fuite
-c… comment ça un monstre assoifé de sang ? Demanda la femme apeuré
-eh bien il semble que la rumeur ait déjà vaincu la vérité. Expliqua Shilder
-dans ce cas hors de question de la jeter dehors on est bien d’accord ? s’assura Amalie
-je m’amuse pas a sauver des gens pour les sacrifier par la suite a ce que je sache.
-oui mais je te connais toi et ton fameux pragmatisme. On a bien failli crever avec tes conneries parfois.
-bon écoute le moment est mal choisi pour régler nos comptes on a une invitée et je compte bien en savoir un peu plus sur elle.
-je… je ne sais pas si vous êtes vraiment digne de confiance. Dit la femme apeuré
-au moins ton nom. Demanda Amalie d’une voix douce
-Amphélice
- alors Amphélice pourquoi était tu dans ce batiment ?
-je je peux pas c’est confidentiel
-vu l’état dans lequel cet endroit confidentiel t’as mise je pense qu’on va avoir besoin de savoir pour t’aider a te rétablir
-j’étais médecin la bas je peux voir dire comment me soigner. Enfin j’étais censé etre médecin
-censé ?
-je n’étais pas censé dire ca, s’il vous plait arretez de me questionnez ! s’emporta Amphélice tout en rougissant.
- ca devrait aller Amalie allons y en douceur. Proposa Shilder
-c’est toi qui voit je vais rester auprès d’elle au cas ou elle aurait des besoins plus … intimes. Répondit Amalie
-bon bah si c’est comme ca je vais pioncer bonne nuit enfin ce qu’il en reste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 11/09/2018
Lun 1 Oct - 22:59
Au lever du soleil, Iroth surgit dans la cachette, affolé. En sueur les yeux écarquillés et le corps secoué de spasme, il lâcha un cri pour ameuter la petite troupe. Les dormeurs rechignèrent quelque peu, mais Iroth entendaient bien les mettre au courant de ce qui l’avait mis dans cet état. Après une lutte courte mais intense Iroth tira ses comparses au sol pour les forcer à s’éveiller.

« ouais ca va, on a compris, qu’est ce qui se passe ? Grogna Shilder
-si ce n'est pas important… Renchérit Amalie
-la capitale de l’île a explosé ! Lâcha Iroth
-pardon ?! S’écrièrent en chœur les 3 dormeurs.
-le groupe de fanatiques qu’on a créé avec nos conneries ont soudainement eu envie d’agir. ils ont commencé à s’organiser en colonnes de ce que j’ai vu et au moment ou ces colonnes était dans la ville, il ya eu déflagration, débris et enfin une barrière de cristal translucide a enveloppé le site de l’explosion. Décrit Iroth
-ils étaient déjà suffisamment organisés en quelques jours à peine pour donner l’assaut sur une capitale ? D'un comment ? Et de deux ça explique sûrement la réaction disproportionnée de la ville. N’importe qui aurait pris peur et agi a la va-vite dans de telles circonstances.. C’est risqué les alentours du cristal ? Dit Shilder
-plutôt, oui, des batailles ont éclaté un peu partout, autour de la capitale entre les gardes hors de la ville au moment de l’attaque et les sympathisants des illuminés. En plus de ca, les environs directs du cristal sont couverts d’un étrange brouillard.
-bon, on va rester ici et attendre que ça se calme, je vois difficilement de meilleures solutions, surtout avec une malade dans le groupe »

Ainsi, les heures passèrent pour le petit groupe aux aguets.
Les conflits se rapprochaient et s’éloignaient comme les actes d’un opéra macabre. À la tombée de la nuit les combats continuèrent avec d’autant plus de violences que la pénombre rendait les gens moins discernables. D’un champ de bataille, l’île avait tourné à la boucherie ou le moindre mouvement était suspect et punissable de mort immédiate. Seul régnait sur l'ile la survie et le plus fort. Tout à coup, la planque sembla au petit groupe bien moins sure et ils se prirent à appeler l’aube du plus profond de leur être.
Lorsqu’ enfin le soleil ramena chaleur et vision aux hommes. L’horreur s’étala devant eux. Des cadavres partout et plus ou moins mutilé par une barbarie aléatoire. Les combattants restant étaient exténués tant physiquement que mentalement par une telle sauvagerie. Chacun d’eux quitta machinalement le champ de bataille trop fatigué pour penser a quoi que ce soit. Ils repartirent vers les environs d’endroits qui leur étaient familiers par automatisme. Ainsi bon nombre des marins et militaires retournèrent vers la capitale.
Notre petit groupe après une telle expérience de rats piégé dans un trou ne put que décider d’aller voir ailleurs afin de purger leurs esprits des horreurs de cette funeste nuit. Restait le problème de la blessée toujours handicapé parce qui semblait au final être une sous-alimentation sévère.
Cette même blessée, le stress la poussa à vider son sac pour se calmer apprenant a notre petit groupe qu’elle était biologiste et que le gouvernement d’aenarya lui avait confié une mission de recherche dans le laboratoire ou elle était enfermée elle parla de ses compagnons d’infortune ayant atterri dans le même bâtiments qu’elle, des souffrances qu’ils avaient endurés lors de greffes de parties animales en tout genre, de la mort de la plupart d’entre eux des suites de complications des greffes, de son incompréhension d’avoir été choisi pour devenir cobaye, de sa peur constante de la mort, des rumeurs sur les autres étages qui chercheraient à étudier autre chose que les greffes d’animal parlant de greffes de cellules de porteur de fruit et de recherche « mécanique » sur le corps humain quoi que ça veuille dire, enfin elle décrit la scène de sa rencontre avec Shilder, de son espoir qu’il ne soit pas du camp des scientifiques et du soulagement infini qu’elle ressentit en voyant cet homme ouvrir la porte de sa cage.
Notre groupe avait besoin de fuir, mais comment ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 11/09/2018
Mar 2 Oct - 23:06
Il faut partir. Cette évidence se faisait d’autant plus lourde à chaque secondes. Le principal problème, c’était que la nourriture commençait à manquer dans la cachette. Voyager signifiait donc commencer par trouver de quoi se nourrir. Ce manque crucial forçait donc à sortir pour se faufiler a travers la guerre civile qui avait éclaté la veille.
La décision fut d’envoyer Shilder en éclaireur pour localiser des vivres puis d’utiliser les ressorts d’Iroth pour les atteindre si possible discrètement.
Shilder partit donc seul dans son exploration. Quelque chose le marqua très rapidement, les cadavres des révoltés étaient criblés de cristaux. Ces cristaux ne purent qu’être connecté au récit d’Iroth dans l’esprit de Shilder ce qui lui fit un frisson d’horreur, car manifestement, quelque chose était capable de manipuler le cristal sans qu’aucune hypothèse ne puisse être émise sur la méthode de contrôle. Les cadavres continuaient de ponctuer un paysage désolé et muet. Soudain, quelque chose siffla, par réflexe Shilder fit un pas de côté et se tourna face au danger. Face à lui, se trouvait un homme en haillons de la marine, le regard entre vide et folie fixait notre héros d’un air prédateur. Son corps était couvert de sang et son bras couvert d’étranges excroissances cicatrisés ou verdâtres. La deuxième salve cristalline fit comprendre un point crucial à Shilder, ce bras était un canon de cristal. La paume était creusée d’une muqueuse par laquelle sortit le projectile. Le cristal fila vers la tête de Shilder et se ficha dans l’arbre de derrière volant en éclat tandis que Shilder reprenait ses appuis après sa cabriole d’esquive. La chaîne de Shilder fila transperçant la glotte de l’assaillant qui semblait assez peu enclin à réagir, d’un coup sec la chaîne repartit dans l’autre sens projetant la victime au sol pour qu’elle termine sa vie le nez dans son propre sang. Une fois que la chose humanoïde cessa tout mouvements Shilder enroula la chaîne autour de l’épaule, serra et commença à utiliser les barbelés comme les dents d’une scie. Après quelques déboires, le bras se détacha enfin du corps dans une netteté de coupure toute relative. Rebroussant chemin il ramena sa découverte a la planque.

Shilder s’adressa à Amphélice.
« Dis-moi Amphélice tes connaissances biologiques elles s’étendent jusqu’où ? 
- un peu de médecine basique, pas mal d’anthropologie, et des bases en génétiques pourquoi ?
-j’ai croisé un type visiblement modifié en chemin, son bras avait un trou dans la paume qui propulsait des cristaux. 
-ouhla bien au-delà de mes capacités ça mais ça serait intéressant à voir 
-ça tombe bien, je l’ai découpé et amené ici, tu m’excuseras pour l’aspect barbare de la découpe, j’ai fait avec ce que j’avais
-fait moi voir ça »

Embarquant Amphélice vers la pièce voisine Shilder la déposa devant le morceau de cadavre posé sur la table avec ce qu’il y avait de tranchant pour servir de scalpel artisanal sur le côté
Amphélice était si absorbé par la dissection de cette chose qu’elle ne vit pas Shilder repartir en quête de nourriture elle ne le vit pas non plus revenir et embarquer Iroth et un sac a patates. En fin de journée, elle leva la tête toute heureuse de sa journée. La première chose qu’elle vit fut la tête d’Amalie lui proposant de la nourriture de l’eau et les feuilles trouvées dans le labo ou était enfermé Amphélice. L’apprenti légiste lui prit le tout des mains la remerciant d’un grand sourire et se plongea dans la lecture des fiches. Lorsque enfin, elle termina la lecture de ces textes Amphélice leva la tête les 3 autres discutait autour d’une carte. Amphélice se leva et rejoignit le groupe.

« Au environ, en plus de la capitale il y a un hameau de paysan a l’est et des regroupements de pécheurs sur les cotes a l’ouest. Demain, on ira rendre visite au paysan, c’est eux qui ont le moins de chance de nous offrir une échappatoire, mais ils peuvent avoir des informations provenant de plus loin dans les terres de l’Île. Synthétisa Amalie
-pourquoi on ne se sépare pas ça irait plus vite. Attaqua Iroth
-parce que vu la tête de l’Île actuellement en particulier le climat politique et la rencontre de Shilder ce matin, on n'a pas le luxe de réduire notre force de frappe. Répliqua Amalie sèchement
-mais je ne sais pas me battre moi ! S’affola Amphélice
-ca va aller, je te montrerais les bases demain, après tout, on est sorti sans trop de problèmes aujourd’hui, je pense que vous pouvez y aller à 2 pour discuter avec des paysans. Intervint Shilder
- hors de question de diviser le groupe. Si tu veux l’entraîner demain Iroth et moi t’y aiderons, je propose de la laisser aux mains d’iroth demain matin puis de voir ce qu’on peut lui apporter l’après midi. Ca te va Shilder ? Proposa Amalie
-ca me va. Conclut ce dernier »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 11/09/2018
Jeu 4 Oct - 23:57
Ce matin-là, un objectif était fixé. Montrer à Amphélice les bases de la défense. En premier, vint Iroth. en effet, son fruit, le poussant à combattre, a main nue, il était certainement le plus expérimenté dans le combat sans arme.
Il commença par montrer quelques échauffements histoire de démarrer la séance et de juger les limites de son apprentie. Habitué a une vie citadine et calme puis affaibli par sa séquestration Amphélice ne put offrir un réel effort.
Ainsi, une bonne partie de la matinée fut accaparée par la récupération de gestes simples afin qu’Amphélice récupère des fonctions motrices acceptables malgré les traces encore profondes de sa sous-alimentation. Elle fut soumise à des exercices de course a pied de musculation d’endurance de souplesse… Vers midi, elle s’effondra exténuée.
Reprenant son souffle elle se releva encore espérant secrètement que se finisse ce calvaire. Iroth ne l’entendait pas de cette oreille et la poussa à se remettre debout. Après avoir bu un peu d’eau l’intéressée se présenta à nouveau face à son maître improvisé non sans que la colère ne commence à poindre en elle s’accompagnant d’une sensation de chatouille dans sa fourrure. Iroth lui demanda de soulever un sac à patates, la jeune fille s’exécuta avec bien plus de simplicité que prévu comme si le sac était plus léger qu’il n’aurait du être. Voyant enfin des progrès acceptable Iroth enjoignit la jeune fille a le frapper sûr de sa supériorité. À cette annonce, Amphélice ressentit un renforcement majeur dans les chatouilles qu’elle ressentait autant dans leur force que dans leur localisation qui arrivait a présent presque jusqu’aux épaules. Elle se retourna et bondit de toutes ses forces sur Iroth.
Le bond fut bien plus long et rapide que prévu déséquilibré et surprise l’apprentie cascadeuse s’écrasa sur Iroth sans réel logique,l’impact déstabilisant suffisamment Iroth pour le faire chuter. Les deux atterrirent au sol dans un mélange de bras et de jambes incertain. Iroth se dégagea et releva son apprenti tout fier de voir que sa méthode bourrine avait fonctionné.
Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant qu’Amphélice était à nouveau une jeune femme absolument pas adapté au sport. Agacé il la renvoya aux exercices physiques bien décidés a en faire sinon une athlète au moins une personne de musculature moyenne. Amphélice s’exécuta ressentant à nouveau les chatouilles dans sa fourrure a l’instant ou elle recommença les exercices.
Du point de vue d’Iroth ce qui était en train de se passer était incompréhensible, la jeune fille exténuée qu’il avait eu sous les yeux il y a quelques secondes à peine était à présent capable de résultats tout à fait acceptables a l’entraînement. Il décida cependant de profiter de ce regain d’énergie de son apprentie pour lui faire faire un maximum d’exercices physique pensant qu’après tout de la masse musculaire ça n’est jamais désavantageux.
Ainsi, il poussa la jeune fille à continuer encore et encore et vers le milieu d’après midi il remarqua un détail troublant. La fourrure d’Amphélice avait largement dépassé le coude et se rapprochait à présent de l’épaule. Intrigué, il observa attentivement, mais ne put rien voir qui dans l’immédiat l’aiderait à comprendre. Proposant une pause à Amphélice il ne reçut qu’un vague grognement. Surpris il s’approcha d’elle et dut reculer aussitôt pour éviter un coup de griffe circulaire particulièrement rapide. À présent tourné vers lui, Amphélice arborait un visage fermé et agressif. Incapable de comprendre et apeuré Iroth projeta son poing vers le plexus d’Amphélice dans l’espoir de l’immobiliser pour la forcer à reprendre ses esprits. Son poing atterrit à l’endroit voulu, mais pas pour le bon résultat. En effet, le visage d’Amphélice se fit prédateur après ce coup et celle-ci se rua sur Iroth le bras armé pour son prochain coup. Se dégageant d’un bond, Iroth se dirigea vers les deux autres occupés à attendre.
Il déboula dans la pièce les yeux exorbités et se rua derrière ses deux amis quand Amphélice entra toujours hors de son état normal. Résumant la situation comme il put Iroth alarma ses amis qui se mirent en position plus défensive. Shilder attrapant une chaîne non-barbelé qu’il comptait utiliser pour l’entraînement. En quelques mouvements, il bloqua les bras d’Amphélice le long de son corps tandis qu’Amalie la fit chuter d’un bon coup de pied dans l’arrière des genoux. Après quelques tentatives de libération réprimée par Amalie Amphélice commença à revenir à la raison son visage redevint ouvert et émerveillé comme a son habitude tandis que son comportement redevint rationnel et qu’elle commença a s’inquiéter de son état.

« Mais qu’est qui s’est passé ? Demanda-t-elle
-t’as subitement eu envie de me tuer. Grogna Iroth depuis la protection relative du dossier d’une chaise
-mais ? j’étais en train de subir ton entraînement inhumain certes, mais de là à vouloir te tuer alors que je m’en veux a la moindre dissection ça m’étonnerait. Se défendit l’accusée.
-et pourtant vous auriez été seul, le pauvre Iroth ressemblerait actuellement à un tas de viandes informe. Intervint Amalie
- il semblerait que tu ne saches pas tout sur cette fourrure. Pointa Shilder
-comment ça ? Implora Amphélice de plus en plus paniqué
-ta fourrure avait atteint tes épaules pendant ta petite crise prédatrice et la voila revenue à son état d’origine. Souligna Iroth
-je connais 2 - 3 exercices de relaxation qu’on nous faisait faire quand j’étais petite après les longues séances de maniement de claymore. Je vais les lui montrer. Annonça Amalie »

Amalie prit Amphélice et la chargea sur son dos pour la ramener dans la grande pièce. Arrivé Amalie ne perdit pas de temps et commença tout de suite la démonstration puis surtout la pratique. Fait troublant qu’elle remarqua, a la fin de la séance les griffes d'Amphélice jusque la toujours restée sortie s’était rétracté et elle ne savait pas si c’était une illusion, mais elle aurait juré que la fourrure se faisait moins dense.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Exploration :: L'aventure :: Praedium :: Aenarya :: Spider Miles-